olivier de K

" et si vous ne reveniez jamais...

Qu'il vous prenait l'envie comme cela, sans même dire au revoir, las que vous devez être

de balayer la crasse des villes,

de disperser les fumées empoisonnées des usines,

de secouer les fils électriques et les panneaux de signalisation,

pour vous retrouver quelques mètres plus loin

à tourbillonner

dans l'odeur pestillentielle des décharges,

sans compter que vous vous déchirez les rafales sur les milliers d'antennes et de cables

dont les villes sont hérissées...

.....

Il y a si longtemps, c'était magnifique d'être le vent...

Vous apportiez des senteurs selon les saisons,

effeuilliez des roses, courbiez des blés, faisiez faire des loopings aux oiseaux,

arrachiez les feuilles mortes, séchiez le linge.

C'est vous aussi

qui faisiez grinçer les girouettes ,

claquer les oriflammes des champs de bataille

et

dans certains pays tourner les moulins.

Certains jours, plus polisson,

vous emportiez les chapeaux, et souleviez les jupons des filles,

pendant plus de deux mille ans ,

c'est vous qui ameniez les bateaux...

Pas un voyage sur la mer sans vous, pas de Christophe Colomb, pas d'Amérique ,

pas d'Australie, pas de Polynésie...

Jusqu'il y a cent ans.....

pas un grain de café, ni une lettre d'amour qui ne soit arrivé sans votre aide...

Il faudrait une vie

pour raconter tout ce que vous nous avez permis de faire...

Jadis, tout le monde le savait, et vous saviez que vous étiez utile et aimé,

et

en Méditerranée..,berceau des civilisations,

il était coutume de dire , quand vous n'étiez pas là.....c'est la galère.!!!

Aujourd'hui....

les moulins tournent au nucléaire, les sèche-linge aussi,

les roses poussent dans des serres en plastique,

plus personne ne porte de chapeau, et les filles ont des collants sous leurs jupes,

et pour ce qui est des bateaux......

Nous.....les marins....

parlons de vous tout le temps, recherchons sans fin votre compagnie.

.Vous faiblissez, c'est l'inquiétude, vous partez , c'est le drame....

Nulle part au monde,

vous n'êtes autant choyé, chéri , et attendu...

......

Extrait du livre - PROMENADES

EN BORD DE MER et ETONNEMENTS HEUREUX - 

Olivier de KERSAUZON -  Ed.  Cherche midi

" Il y a des artistes qui peignent des tableaux, moi je peins le sillage blanc sur le bleu des mers ...." 

Marin et poète, qui décrit parfaitement la lumière du monde...

et

qui nous fait nous envoler....

 

96547123_o (2)